C'est au confluent de trois chemins que je décide, en 2018, de me tourner vers l’activité de «philosophe consultant» :

  • celui, d'abord, de la «philosophie», qui m’occupe sous des angles variés depuis ma formation initiale dans les années 90 — Licence, Maîtrise, un peu de recherche, et quelques années d’enseignement ;

    «Philosophie» entre guillemets, à cause de l’ambiguïté que l’institution qui la produit entretient avec «le monde réel», et dont héritent ceux qui tentent de l’exporter hors les murs d’école.

    Mais philosophie tout de même, et si on veut, pour la même raison : pour la coupure salutaire qu'elle rend possible avec le réel, sans laquelle le monde nous collerait irrémédiablement aux basques.

  • celui de la «consultance», exercée sous forme de conseil en «développement durable» aux collectivités à la fin des années 2000 ;

    que j’ai vécu comme une immersion dans le monde de l’exigence pragmatique, mais aussi, rétrospectivement, comme celui de l’indigence pragmatiste1, soudés ensemble par une bonne volonté désarmante.

  • celui de l’éducation populaire enfin, comme objet de réflexion, de projet, et de pratique, y compris professionnelle.

    laquelle éducation populaire m’est apparue, par le rhizome2 dont j’ai fait l’expérience, comme refuge altier pour une pensée en recherche d’autonomie, lieu d’apprentissage aussi que d'autres manières sont possibles en termes d’école (et) de pensée3, de mise en culture et «en service» des idées, de mise en valeur de la parole, quelle que soit notre place dans la société ; — bref, une sorte de voie du milieu, en comparaison des deux autres.

Notes :

1
Je pense ici au pragmatisme comme idéologie du faire, qui, dans sa myopie caractéristique, regarde à la forme des résultats plutôt qu’à leur sens (celle des tableaux de bord, «indicateurs», etc.) qu'on pourrait aussi bien appeler «évaluationnite». Cf. Alain Abelhauser, Roland Gori, Marie-Jean Sauret, La Folie Évaluation (Mille et Une nuits, 2011).
2
Un rhizome, c’est une racine vivace. «Rhizomes» est le nom de l’association lilloise qui m’a fait découvrir l’éducation populaire et initié à l’entraînement mental, sous le patronage de Dominique Cresson.
3
Cf. l’entraînement mental, qui a son origine chez Joffre Dumazedier, se cherche dans les termes d'une «méthode d’éducabilité cognitive».